Le Parfum dans tous ses états !

13 août 2016

 

  Le Parfum de Patrick Süskind:

Réalité scientifique ou pure fiction ?

 

Le Parfum de Patrick Suskind

 

Posté par Le Parfum à 15:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 décembre 2016

Qu'est ce qu'un parfum ?

 

Au fil des siècles l'essor de la chimie du parfum et les progrès scientifiques permettent un nouveau portrait pour la parfumerie, les synthèses qui sont la base des parfums d'aujourd'hui.

 

Un parfum est une odeur ou plutôt une composition odorante plus ou moins persistante naturellement émise par un environnement, une plante, un animal, ou un champignon . Dans la nature, les parfums sont souvent des messages chimiques et biochimiques et notamment des phéromones ou phtochoormones , molécules attirantes ou repoussantes jouant un rôle majeur dans le règne animal et végétal .

 

Il peut aussi s'agir de l'émanation d'une substance naturelle ( un extrait de fleur par exemple) ou créer ou recréer à partir de différents aromes, solvants et fixatifs, déstinée à un usage cosmétique ou à parfumer des objets , des animaux ou l'air intérieur. Il est alors généralement fabriqué à partir d'essences végétales et/ou de molécules synthétiques .

L'usage de parfums par l'Homme est très ancien, remontant à la plus haute Antiquité .

La notion de parfum désigne aujourd'hui le plus souvent une composition olfactive particulière, fortement concentrée. Proposé par différentes marques de parfums: on dit aussi extrait. La personne qui crée un parfum est appelée parfumeur, ou plus familièrement "nez" et cette activité est la parfumerie . Ce terme est aussi utilisé aujourd'hui pour sésigner une eau de toilette, une eau de parfum ou une eau de Cologne .bouteilles de parfum

Posté par Le Parfum à 16:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 décembre 2016

Un peu d'histoire...

A l'origine le mot parfum est un dérivé de l'expression « per fume » littéralement « par la fumée » venant certainement des usages traditionnels comme la fumigation médicinale , rituelle d'encens .

Le terme est apparu tardivement dans la langue française , et on trouve aucune mention avant 1528 .

Dans l'histoire de l'homme , le parfum à toujours été très apprécié . Le XVIII marque le passage de parfums très puissants à des senteurs plus délicates .

 

La France dont la cour de Versailles constitue le modèle de raffinement pour l'ensemble des Nations Européennes et la partie des plus grands parfumeurs et des créations novatrices .

La Cour de Louis XV est baptisé cour parfumée , et l'usage d'un parfum différent chaque jour est prescrit . Si Paris règne sur le commerce des produits parfumés , la ville de Grasse dont les cultures de plantes recherchées prospère et devient le centre de leurs fabrication .

Marie-Antoinette va également contribué a l'essor du parfum, en relençant la mode des notes fraîches et champêtres.

Le parfum est ancré dans la société et devient comme un objet d'élégance , de luxe et de sensualité .


La révolution Française de 1789 porte un coup funeste à la parfumerie .

Posté par Le Parfum à 11:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 janvier 2017

Et dans la littérature...

 

L'auteur Patrick Suskind, est un écrivain allemand du XXème siècle né à Ambach le 29 Mars 1949 . Il a d'abord étudié l'histoire médiévale et contemporaine à Munich avant de s'intéresser à la littérature qu'il étudiera dans la ville d'Aix en Provence . Il deviendra ainsi scénariste pour la télévision française .
Suskind va aussi s'intéresser au monde théâtrale et créer une pièce pour un personnage, se nommant La Contrebasse et encore célèbre aujourd'hui . 

Cependant il est aussi auteur et va écrire de nombreux romans tel que Le Pigeon , Le Testament de Maître Mussard ou encore un recueil de nouvelles Un Combat et autres Récits . Mais son plus grand chef-d'oeuvre est et restera Le Parfum édité en 1985 en Allemagne puis traduit en langue française et devenu best-seller mondial par la suite . Ce roman fut adapté au cinéma en 2006 avec le film : Le Parfum, Histoire d'un meurtrier .

Ce dernier est un vrai roman d'aventures et de péripéties captivantes . 

Il raconte l'histoire de Jean Baptiste Grenouille né dans la puanteur en 1738 à Paris ; sous l'étal d'une poissonnerie .
Bossu, difforme, il va peu à peu développer un don extraodrinaire et unique : il peut tout sentir, analyser la moindre odeur et même détecter une chenille au coeur d'un chou . Après avoir travaillé chez un tanneur, il s'initie à l'art des essences chez Giuseppe Baldini, un parfumeur qu'il sauve de la faillite par son génie inventif . Puis il se retire dans une grotte du Massif Central où il médite sur la création d'un parfum absolu inspirant l'amour . 

Grenouille n'a pas d'odeur propre . IL doit donc s'en créer une . A Grasse, il va poursuivre ses recherches et devenir l'assassin de jeunes filles vierges afin de leurs dérober leurs effluves les plus secrètes . A la vingt cinquième victime Grenouille est condamné à mort car il porte sur lui le parfum inspirant l'amour .

 

 Patrick Suskind

 

 

Posté par Le Parfum à 12:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 janvier 2017

La distillation

Jean-Baptiste Grenouille le héros du roman Le Parfum cherche à recréer différents types de parfums avec l'aide de plusieurs techniques durant toute la durée de l'oeuvre.

Son but final est bien évidemment de créer un parfum "ultime" mais il doit d'abord se perfectionner et faire ses preuves auprès de Baldini qui souhaite devenir un très grand parfumeur comme son père qui fabriqua de nombreux parfums à succès , à l'inverse lui de son prénom Giuseppe n'a rien inventé jusqu'à ce qu'il rencontre Grenouille.

Grenouille montre à Baldini ses compétences en recréant le très célèbre parfum  Amor et Psychée avec la technique de la distillation  "copié avec une précision telle que Pélissier lui même n'eût pas fait la différence avec son produit" (fin de la page 106). Ici Pélissier étant le créateur du parfum Amor et Pscychée.

Nous avons donc voulu savoir si la technique de la distillation permettait réellement de créer des odeurs aussi nobles que celles qui nous sont décrites dans le livre alors nous avons aussi fait une distillation mais à base de peau (zeste) de citron pour notre part. Nous avons par la suite comparé notre distillation à celle de Grenouile.

Verrerie de Grenouille : bouteille + flacon + entonoir + tube à essai + verre gradué + petite cuillère + agitateur (il y a surement d'autres élèments mais qui ne nous sont pas cité dans le texte )

Notre verrerie : élévateurs + chauffe ballon + ballon + colonne de vigreux + réfrigérant à eau + bécher 

Les ingrédients de Grenouille : esprit de vin + alcool + solvant + flacons avec différents types d'essences

Nos ingrédients: citron + eau

Le résultat de notre distillation fut comme pour celle de Grenouille plutôt impréssionant puisque ce que nous avons obtenu fut une petite couche d'essence de 50 mL qui rassemblait l'odeur de 30 zestes de citrons . Le "parfum" ( il nous faudra faire une extraction pour obtenir un parfum comme l'on en trouve aujourdhui)  sentait donc fort mais extrêmement bon.

A noter que puisque obsédé par les odeurs , Grenouille va vouloir se perfectionner dans leurs maitrises , il va travailler en parfumerie et va apprendre certaines techniques autres que la distillation telles que : l'enfleurage à froid , l'enfleurage à chaud , l'extraction et la macération .

Ci dessous une photo de notre montage pour la distillation.

 

 

photo du montage 1

Posté par Le Parfum à 15:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 janvier 2017

Nos expériences façon Suskind!

Suskind décrit sa distillation avec un vocabulaire et une description extrêmement précise et très détaillée. Ci dessous va être réécrit le descriptif de notre distillation à la manière de Suskind. 

* Premièrement , avec nos citrons , nous avons retiré le zeste de son fruit avec une agilité telle que même un renard animé de la plus grande souplesse plausible aurait été surpris .

Ce zeste délivra la véritable odeur du citron , pas celle qui est cachée derrière l’espèce de croûte jaune que certains nomeraient peau mais que je nommerai plutôt la prison de la sublime odeur du citron.

* Par la suite nous avons coupé ce zeste en petites tranches , d'une finesse telle que ces petites tranches odorantes encore plus fines qu'une feuille de papier auraient put se glisser n'importe où aussi facilement que l'eau . Ces fines merveilles que nous avons auparavant insérées dans des petits ballons en verre avant de les mettre par la suite dans de gros chauffes ballons d'une taille imposante , qui pouvaient facilement faire penser à un volcan notamment quand l'eau mélangée à ces fantastiques morceaux de zeste de citron jaillissaient lorsque l'eau atteignait une chaleur exigeante …

La fumée odorante de ce volcan artificiel passait par la suite dans le long refroidisseur et s'en échappait seulement quelques gouttes d'une odeur qui pénètre avec une rapidité fracassante dans les narines , cette odeur par la suite lorsqu'elle eu bien atteinte nos narines nous a fait voyager dans un fantastique verger de citronniers où le ciel est bleu , le soleil jaune et les citrons colorés d'un jaune nouveau que nous pouvons aussi qualifier de jaune parfait. 

* Enfin nous avons récupéré cette fantastique eau florale pour la conserver le plus longtemps possible mais nous nous sommes vite aperçus que nous pourrions faire encore mieux c'est à dire extraire l'essence ou devrai-je plutôt dire la magique odeur cachée de cette eau florale . Nous avons donc procédé à une extraction en se débarassant très délicatement de l'eau florale pour en récupérer uniquement la véritable et fantastique odeur , celle de l'essence , celle qui nous fait voyager dans le pays des odeurs précieuses et qui nous font rêver...

 

Posté par Le Parfum à 15:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 janvier 2017

Florilège de textes

 

Lorsque nous parlons de parfum , des émotions et des sentiments agréables sont percus . Une idée de romantisme est alors évoquée . Nous sommes transportés dans un monde merveilleux et idyllique qui fait rêver . C'est donc une image très positive que nous avons du parfum . Mais cependant , nous allons nous demander si lorsque le mot "parfum" est évoqué , seul les bons souvenirs reviennent ou si au contraire des idées négatives peuvent surgir . Ainsi nous nous demanderons comment le livre Le Parfum de Patrick Suskind peut-il changer notre opinion sur le parfum ? 

Dans un premier temps nous verrons en détail la macération que Jean-Baptiste Grenouille effectue . Puis dans un second temps nous déveloperons le meurtre et l'enfleurage de la jeune fille.Le Parfum de Suskind

Posté par Le Parfum à 16:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 janvier 2017

Une fabrication maison

" Les fleurs étaient livrées dès le petit matin, déversées par corbeilles entières dans l'atelier,où des dizaines de milliers de corolles s'amassaient en tas odorants, volumineux, mais légers comme l'air. Druot, pendant ce temps, faisait fondre dans un grand chaudron de la graisse de porc et de boeuf, pour obtenir une soupe crémeuse que Grenouille devait remuer sans arrêt avec une spatule longue comme un balai et où Druot versait par boisseaux les fleurs fraîches.[...]

Le jour suivant on poursuivait la macération ( tel était le nom de ce procédé ), on rallumait sous le chaudron, la graisse refondait et on y passait d'autres fleurs. Et ainsi de suite plusieurs jours durant, du matin au soir. Le travail était fatiguant. Grenouille avait les bras en plomb, des ampoules aux mains et mal dans le dos, quand le soir il regagnait en titubant sa cabane. Druot, qui était bien trois fois plus vigoureux que lui, le laissait tourner sans le relayer une seule fois, se contentant de verser les fleurs légères comme l'air, d'entretenir le feu et à l'occasion, à cause de la chaleur, d'aller boire un coup. Mais Grenouille ne mouftait pas. Sans un mot pour se plaindre, il touillait les fleurs dans leur graisse du matin au soir, ne sentant même pas la fatigue sur le moment, car il ne cessait d'être fasciné par l'opération qui se déroulait sous ses yeux et sous son nez : les fleurs qui fanaient à toute allure et leur parfum qui était absorbé."

Posté par Le Parfum à 17:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 janvier 2017

Commentaire de la macération

Au cours du chapitre 45 , au début de la page 193 le procédé de la macération est décrit . Depuis l'arrivée des fleurs fraîches , en passant par toutes les étapes intermédiaires de fabrication jusqu'a l'obtention du résultat final à savoir une graisse parfumée à l'essence des pétales .

I - Les étapes de fabrication

Premièrement cet extrait du texte est composé de trois paragraphes , le premier est le plus long , le deuxième le plus court et le troisième également plus long . Ces trois paragraphes commencent chacun par des éléments de temps "Les fleurs étaient livrées dès le petit matin" , "A la longue" , ou encore "Le jour suivant" . Cet extrait est rythmé par des moments de la journée "le petit matin" , "le soir" , "toute la journée" et à chaque moment de la journée se déroule une étape de fabrication de cette "pommade au parfum magnifique" comme le dit Grenouille .

Tout d'abord , le matin les fleurs sont livrées dans des corbeilles à l'atelier . Puis sont versées dans une soupe crémeuse faite de graisse de porc et de boeuf pour en faire sortir leur essence et leur parfum . Lorsque la soupe devient trop épaisse , celle ci est versée sur des tamis pour ne récupérer que le liquide et laisser les pétales de fleurs . La graisse se fige ainsi lentement dans un chaudron .

Ce n'est qu'au dernier paragraphe que le nom de l'expèrience réalisée est cité : la macération "tel était le nom de ce procédé" .

II - La description des fleurs

Nous pouvons également noté que les principaux acteurs de cet extrait sont : les pétales de fleurs par milliers . Nous avons une description très détaillée de ces pétales qui émerveillent tant Grenouille . par leurs parfums et leurs aspects . En effet , la description commence dès le début du texte où les fleurs sont nommées telles des corolles "légers comme l'air" . Nous avons ensuite une métaphore pour décrire les fleurs fraîches flottant à la surface du chaudron : "Celles-ci semblables à des yeux écarquillés par l'angoisse de la mort" . Les fleurs sont personnifiés "se ramollisaient" , "se fanaient" , "engloutissaient" , "enfonçaient" .

Lorsque la soupe est trop épaisse Druot - le gérant de la parfumerie - la déverse sur de grands tamis , et c'est à ce moment là que les fleurs sont comparées à des cadavres : "cadavres exsangues" ou "les fleurs mortes" , nous montrant encore une fois le côté inhumain de Grenouille et prouvant qu'il a plus de respect pour les odeurs que pour les êtres humains .

Posté par Le Parfum à 15:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 janvier 2017

Extrait d'un enfleurage meurtrier

"C’est avec l’allure posée du professionnel que Grenouille se mit au travail. Il ouvrit le sac de voyage, en tira le tissu de lin, la
pommade et la spatule, déploya le linge sur la couverture où ils’était étendu, et commença à l’enduire de pâte grasse. C’était
un travail qui demandait du temps, car il importait que lacouche de graisse fût plus épaisse à certains endroits et plusmince à d’autres, selon la partie du corps avec laquelle elle serait en contact. La bouche et les aisselles, les seins, le sexe et les pieds fourniraient plus d’éléments odorants que par exemple les tibias, le dos ou les coudes ; les paumes des mains, plus que leur dos ; les sourcils, plus que les paupières, etc., il fallait donc les doter plus généreusement de graisse. Grenouille modela donc sur le linge une sorte de diagramme olfactif du corps à traiter, et cette partie du travail était en vérité la plus satisfaisante, car il s’agissait d’une technique artistique mettant en jeu à parts égales les sens, l’imagination et les mains, tout en anticipant de surcroît, idéalement, sur la jouissance que procurerait le résultat final.[...]

L’émotion l’envahit, l’humilité et la gratitude.
— Je te remercie, dit-il à mi-voix, je te remercie, Jean-Baptiste Grenouille, d’être tel que tu es !
Tant était grande l’émotion qu’il s’inspirait à lui-même.
Puis il ferma les paupières – non pour dormir, mais pour s’abandonner tout entier à la paix de cette nuit sainte. La paix emplissait son cœur. Mais elle paraissait aussi régner tout alentour. Il flairait le sommeil paisible de la femme de chambre, à côté, le sommeil profondément satisfait d’Antoine Richis de l’autre côté du couloir ; il sentait dormir paisiblement l’aubergiste et les valets, les chiens, les bêtes à l’écurie, le village entier et la mer. Le vent était tombé. Tout était silencieux. Rien ne troublait la paix.

A un moment, il tourna son pied sur le côté et effleura le pied de Laure. Pas vraiment son pied, mais juste le tissu qui l’enveloppait, avec en dessous une mince couche de graisse, qui s’imprégnait du parfum de la jeune fille, de ce magnifique parfum, de son parfum à lui."

Posté par Le Parfum à 16:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]