Le Parfum de Patrick Suskind présente aussi une grande partie de fiction .

Le don de Grenouille ( son sens sur-développé de l'odorat ) n'est que fiction , après plusieurs recherches dans des livres scientifiques et sur internet , ce don n'existe pas , ce n'est que fictif .

Tout au long du roman , les expériences menées par Grenouille pour atteindre Le Graal du parfum , sont de pures fictions , il est inimaginable dans la société de tuer des êtres humains pour en soustraire leurs odeurs .

A la fin du livre , Grenouille réussit à créer son parfum "parfait" et il réussit lors de sa mise à mort à rendre tous les spectateurs ivres de bonheur : tous s'enlacent , se dénudent et par conséquent ont des rapports sexuels . Aucun parfum , ni même une potion ne peut avoir cet effet là . Les dernières pages du roman nous permettent de montrer encore plus le côté fictif de l'oeuvre : Arrivée à Paris , il retourne sur le lieu de sa naissance . Durant la nuit , cet endroit est livré à tous les assassins de la capitale . " Il s'était aspergé des pieds à la tête avec le contenu de cette petite bouteille et était apparu tout d'un coup inondé de beauté comme un feu radieux " . Les criminels sont d'abord stupéfaits . " Ils éprouvaient une attirance pour cet homme qui avait l'air d'un ange " . Puis soudain ils craquent . " Ils se précipitèrent vers l'ange , lui tombèrent dessus , le plaquèrent au sol " . Grenouille est dépecé et dévoré par l'assistance : " Une demi heure plus tard , Jean Baptiste Grenouille avait disparu de la surface de la terre jusqu'a la dernière fibre." Sur le visage des assassins , " flottait une virginale et délicate lueur de bonheur " . Ils avaient l'impression pour la première fois " d'avoir fait quelque chose par amour " .

Par la mise à mort du protagoniste , victime de sa propre création l'auteur nous montre à nouveau cet aspect irréel et inventif .